mardi 1 février 2011

MA PREMIERE ET PEUT-ÊTRE MA DERNIERE TRIBUNE

J’apprécie pleinement que le groupe des Verts me permette d’utiliser leur tribune sachant que leur propre espace de communication est réduit à la portion congrue.

Notre inquiétude commune sur les risques d’une « présidentialisation » de la fonction du maire est ancienne.
Je crois pouvoir dire que nous partageons une éthique de la vie publique forgée, en particulier, dans la « critique » des pratiques de l’ancienne majorité.
Je crois que les mauvaises manières se sont aggravées particulièrement dans le domaine de la LIBERTE d’expression, mais aussi dans la possibilité d’être objectivement informé.
Mon engagement est modeste, limité mais constant. J’organise des réunions qui, à l’évidence intéresse un public toujours nombreux mais qui sont des « non réunions » pour Oxygène :ni information préalable, ni compte-rendu, et des salles mises à disposition dans des conditions musclées ….
C’est ainsi que j’ai fait aborder les problèmes de l’intercommunalité en novembre 2009 par le président du SEAPFA, les problèmes de commerce de proximité en mai 2010 et, plus récemment, le Grand Paris par MM DALLIER et AMEDRO
Cet ostracisme date du 1er Oxygène de la présente mandature dans lequel mon intervention fut censurée et ma photo remplacée par un cadre noir …
Par désabusement vous pourriez penser que ce sont des aléas normaux de la politique et que les problèmes entre élus ne sont pas vos problèmes. Détrompez-vous, dès lors que l’on parle de démocratie toute déviance devient le problème de tous.
Au dernier conseil municipal, la majorité municipale (33 élus sur 53) trouve normal que notre ville soit représentée au SEAPFA par 5 personnes sur 6, éliminant au passage 1 élu Vert en dépit de la représentation proportionnelle réclamée par certains, surtout quand ils sont dans l’opposition.
Les règles doivent être les mêmes quelles que soient les circonstances. Les contre pouvoirs sont utiles et légitimes autant sur le plan national que local.
Au titre d’une démocratie à laquelle je tiens particulièrement je n’aurai de cesse de dénoncer que des « Guéant » locaux ne se substituent aux travaux de certains adjoints dépités d’avoir été mis à l’écart mais dont « l’effet de Cour » gomme les états d’âme.
L’espace m’étant compté je vous donnerai en d’autres lieux d’expression mon jugement sur le fonctionnement des commissions municipales.
Ce n’est évidemment pas par populisme que je trouve aberrant, inefficace et dispendieux d’avoir notre ville gérée par un bureau municipal qui est passé de 15 à 33 personnes. La démocratie a un coût qui a dépassé les limites admissibles et qui pose aussi le problème récurant du cumul des mandats en termes d’indemnisation à partir des deniers publics.
Si je n’ai qu’une proposition à faire c’est que se tienne un conseil municipal extraordinaire préparant à la révision du futur PLU dans des conditions de concertation acceptées unanimement par les principaux acteurs. L’objectif est de prendre en compte, sans démagogie ni tension, les défis de la Région Capitale et de la préservation d’une qualité de vie désirée par les aulnaysiens.
Notre futur ne peut être imaginé selon les méthodes de Ceausescu à l’aune de l’Agenda 21.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire